Tous droits réservés / Copyright © 2005-2015 La Grange aux Fées

La Grange aux Fées

Nisse

Un soir, par une nuit étoilée, au pays des lutins, dans une petite maison à l’orée du bois, il se passa un événement qu’il me faut vous raconter.  Moi, je suis Lechat, un bon gros matou gris qui ronronne pour quelques caresses.  Nisse est un lutin fort apprécié de ses congénères.  C’est un sage comme son père et son grand-père.  C’est lui qui répare les jouets malmenés par les enfants du village.  Personne ne sait comment aller chez lui.


Quand vous sortez du village, une seule route mène au parc des Grands Jardins.  Là, se trouve la souche d’un grand chêne doré, chêne sacré des Anciens de la famille de Nisse, coupé il y a fort longtemps pour des raisons ancestrales.  À cette époque, le conseil des lutins, conduit par le grand-père de Nisse, décida qu’il fallait une table à discussions pour communiquer avec les enfants des humains.  Le grand chêne doré proposa alors : « Je suis bien vieux, j’ai mal dans mes branches, je ne puis plus relever le bout de mes feuilles, je suis bien fatigué d’être obligé de recommencer à chaque printemps cette cure de jeunesse.  Coupez-moi ! Je vous servirai de table et dormirai d’un œil.  Je serai le gardien de nos traditions... »


Après bien des conciliabules entre tous les lutins du conseil, le grand-père de Nisse prit la parole : « Il existera un code entre nous et les enfants du village pour entrer en contact.  Il faudra que l’enfant dépose le dessin de son jouet sur la souche du grand chêne doré à chaque fois qu’il aura besoin d’un soin particulier. »  « Comment fera-t-il pour nous donner son jouet malade ? » dit en cœur le conseil des lutins. « La nuit, le lutin Amoah descendra au village, ira chercher le jouet à réparer, puis reviendra aussitôt.  Au petit matin, les gens du village ne se rappelleront de rien ! » Cela se passait il y a déjà bien longtemps.  Depuis, Nisse a été élu au conseil des Anciens.


Donc, cette nuit-là, dans la maison de Nisse, un branle-bas de combat !  Nisse est assis dans sa chaise de sage, il tient la liste à jour de tous les jouets qui entrent et sortent de la maison.  La bouilloire siffle sur la vieille cuisinière qui a tant servi à la mère de Nisse pour faire de bons gros gâteaux dodus...  Le coucou donne l’heure : il est huit heures moins cinq...


Nounours Vieux a perdu tous ses poils tellement il a été serré dans les bras de Faustine et malmené par son petit frère Olivier.  Il se roule par terre.  Il veut retrouver ses poils d’antan, espérant ainsi reconquérir l’amour des enfants.


Chiffonnette, la poupée timide, attend que ses chaussures soient réparées.  Elle les a usées lors de ses nombreux voyages au Congrès des poupées molles.


Tourneboule va d’un bout de la pièce à l’autre, en criant : « Attention, je roule, je me défoule, j’ai la tête qui tourne ! »  C’est un jouet mécanique, mais son mécanisme est rouillé, trop dormi dehors, abandonné un jour pour le bénéfice d’un jouet à piles plus perfectionné.  Depuis, il tourneboule souvent...


Désarticule pend au mur, c’est le pantin de bois de l’arrière-grand-père de Nisse.  Il veille sur le foyer...  Il a vu grandir Nisse, ils sont très proches l’un de l’autre.  Son cousin, Mario Net, a appartenu à la grand-mère de Nisse.  Il gît sur le fauteuil en bois, ses fils tout emmêlés. Il ne peut plus bouger la tête.  Il attend depuis longtemps ce jour pour être enfin réparé...


Chabois, seul, est frais repeint.  Nisse a été chercher directement la peinture dans la Voie Lactée.  La lune lui a offert de le guider vers l’étoile la plus brillante, celle qui donne de l’éclat au jaune des jouets.


« Tape, tape, tape... »  Follin, le lutin vert au chapeau magique, joue inlassablement à la balle : « Tape, tape, tape la bleue... Tape, tape, tape la jaune... Tape, tape, tape la rouge... »  C’est sa façon de battre la mesure avec le lutin Zuäl qui pousse sa chansonnette accompagné de sa mandoline :


« Dans la maison de Nisse, ce soir, »

« Il se passe des choses fantastiques à voir, »

« Mais juste une fois par année, »

« Certains enfants peuvent y entrer... »


Et nous sommes ce jour-là !  Le 24 Lutinesque...


Olivier et Faustine n’en croient pas leurs yeux.  Comment sont-ils arrivés là ?  Ils tournent la tête à droite, à gauche, leurs jouets bougent, se révoltent, ne veulent plus revenir avec eux dans le monde des humains !


« Pas question de me faire arracher les poils ! » dit Nounours Vieux. « Je suis fatigué d’aller au Congrès des poupées molles pour garder une bonne place dans le cœur des enfants qui veulent me remplacer par une poupée en plastique sans âme... »  « Je ne veux plus dormir dehors, avoir la pluie sur la tête, les jambes qui grincent, la boule qui tourne ! » renchérit Tourneboule.


De son côté, Mario Net ne bronche pas.  Des picotements emplissent son corps inerte.  Sa tête bouillonne.  Il ouvre de grands yeux et un sourire se dessine sur son visage de bois.  Doucement, ses membres bougent, sa tête tourne, il peut enfin lever la tête, ses pieds se mettent à danser et son cœur à battre.  Ses fils gisent maintenant sur le sol : il vit !


Les enfants s’adressent à Lechat, car c’est lui le magicien de cette nuit : « Lechat, pourquoi nous avoir amenés ici, auprès de nos vieux jouets ?  Nos parents nous ont achetés des jouets bien plus perfectionnés ! »  « Justement ! » dit Lechat, « Un jouet, c’est pour s’amuser, rire, découvrir, imaginer, partager, se défouler.  Avec une poupée en chiffons, vous pouvez laisser libre cours à votre imagination, elle est molle, se plie facilement, se laisse dorloter, habiller.  Elle est bien plus douce que la plus belle des poupées en plastique...  Un ours, même vieux, garde vos odeurs, se laisse serrer sur votre cœur, est votre confident.  Il garde en mémoire tous vos chagrins d’enfant...  Un tourneboule mécanique vous apprend à vous servir de vos mains.  Inlassablement, il tourne autour de vous jusqu’à épuisement.  Vous lui parlez, vous le remontez, il recommence son jeu avec vous...  Un jouet à piles, çà marche tout seul !  Quel est le plaisir de partager avec lui ?  Le 24 Lutinesque est la nuit où tous les jouets se révoltent.  C’est la nuit où les enfants peuvent décider de garder leurs vieux jouets, c’est la nuit de l’amour... »


Nisse ne dit rien.  « Restera-t-il des jouets demain matin ? » se demande-t-il.  Faustine et Olivier se regardent : « Je les aime bien, moi, mes vieux jouets » déclament-ils dans un accord parfait.  « Nous nous sommes laissés émerveillés par des jouets neufs.  Nos parents voulaient nous faire plaisir !  Mais, les jouets sont comme des amis, plus nous les connaissons, plus nous éprouvons du plaisir ensemble.  Nous ne pourrions imaginer jeter nos amis après usage !  Les vieux jouets, c’est pareil !  Pourquoi aurions-nous demandé à Nisse de les réparer si nous voulions les reléguer au fond du placard ?  Dans notre cœur, nous tenions à nos vieux joujoux, sans nous en rendre compte.  Ils sont précieux.  Lechat, peux-tu replacer les jouets réparés dans notre chambre ? Dorénavant, nous allons les choyer.  Ils seront garants de notre innocence et gardiens de nos secrets d’enfants... »


Au petit matin, les yeux ensommeillés des enfants s’arrêtent sur des jouets bien en place sur l’étagère de leur chambre.  Ils ne se rappellent rien, juste avoir laissé un dessin sur la souche du vieux chêne doré, gardien des traditions, un dessin qui s’interprétait comme cela : « Aide-nous à retrouver nos jouets d’antan ! »


Dans la maison de Nisse, il est huit heures moins cinq.  Mario Net, libéré de ses fils, danse et chante d’une voix de fausset avec Amoah, Follin, Zuäl...


« C’est le 24 Lutinesque ce soir, »

« La nuit du chat gris magicien, »

« La nuit de la révolte des jouets. »

« Les enfants, pour y croire, »

« Il ne faut presque rien, »

« Aller près du chêne doré »

« Laisser sur sa souche un dessin. »

« C’est la nuit du 24 Lutinesque, »

« La nuit du chat gris magicien. »




Retour livres Féeriques